triskelLe Smatahsmatah

Politique sylvicole

La politique sylvicole autour du canal en Finistère

L'inventaire O.N.F. (réalisé en 1999/2000) réactualisé par les services du SMATAH (tous les 2 à 3 ans) a permis de mettre en lumière la richesse du canal en matière sylvicole (19 essences différentes, plus de 6 000 individus).
 
La gestion de la ressource a été quasi-inexistante de la fin de la guerre aux années 70 du fait du désengagement de l'Etat.
A compter de la création du SMATAH, une gestion par à-coups a été instaurée, consistant à mener une politique d'évacuation du bois qui encombrait les halages et contre halages (inaccessibles en de nombreux endroits) et à procéder à des plantations sporadiques.
 
A compter des années 2000, la gestion du bois s'est appuyée sur la réalisation de l'étude ONF et du plan de gestion qui en ressortait et s'est traduite, avec un décalage de quelques années, par:
 
-un abattage préventif des sujets jugés dangereux (marqués dans un premier temps par l'ONF, puis par les équipes du SMATAH avec l'appui ponctuel de l'expert forestier);
-le suivi du bois tombé (directement du fait des coups de vents, de la pluie, par maladie, ... ou indirectement: bois des riverains s'abattant sur le halage ou sur les arbres du canal);
-les ventes de bois sur pieds des alignements telles que prévues dans le plan de gestion (essentiellement les peupliers, ces ventes présentent l'intérêt de transférer la responsabilité du bois sur l'acheteur, de générer des recettes et de participer à la gestion par l'enlèvement;
-les plantations nouvelles (limitées au remplacement, tel que prévu dans la concession, mais sans perspectives patrimoniales, paysagères ou industrielles).
 
La proposition de mise en place d'une politique sylvicole revient donc à doter le SMATAH des outils adéquats pour répondre de manière raisonnée à la problématique bois en se dotant des instruments adéquats que sont:
-une commission bois chargée de concevoir et mettre en place la politique bois,
-une équipe bois procédant aux travaux de terrain.
 
L'objectif prioritaire consistant donc à reprendre la main sur l'accroissement du bois sur les berges du canal et à maîtriser celui-ci, il convient de mener des actions prenant en compte les deux dimensions complémentaires du bois du canal que sont la composante paysagère et patrimoniale comme l'exploitation économique.
 

La composante paysagère et patrimoniale répond à la question de la durabilité de la politique sylvicole du canal:

-préservation de la bio diversité
-implication environnementale
-participation à l'embellissement des berges
-attractivité touristique
-vulgarisation des connaissances
 

L'exploitation indistrielle s'inscrit sur le long terme:

-préservation de la ressource bois
-sauvergarde de la filière
-retombées économiques
-formation et insertion
 
 
 

Webcam

 

Renseignements

Horaires d'accueil du service administratif :

du lundi au jeudi de 9h à 12h et de 14h à 17h et le vendredi de 14h à 16h

tel 02 98 73 40 31